Le mieux-être prendra le pas sur le curatif